POINTS



Septembre 2011

Interrail entre la Serbie et la Bulgarie

«On partage un compartiment couchette avec trois autres personnes. Les voyageurs sont de tous âges, paisibles.
Des familles qui traversent leurs pays, sans doute pour visiter des proches ou pour travailler…
Tout semble traverser une immuabilité latente dans un voyage long et monotone.

Soudain, on passe une frontière invisible qui propulse toutes ces personnes hors de notre léthargie.
Des cartouches de cigarettes surgissent de nul part pour disparaitre aussitôt, englouties derrière les paroies métalliques
des wagons dévissées et revissées par les passagers.

Chacun reprend son rôle de voyageur passif et inexpressif nous laissant, mes amis et moi, dubitatifs et hésitants.
Le train s’arrête à la douane. Un contrôle minutieux s’effectue dans une atmosphère indescriptible.
À nouveau les vis tombent au sol, ouvrant les espaces qui contiennent la marchandise mais rien n’en sort.
Le temps est maintenu à cet arrêt de gare où les douaniers s’acharnent dans un comportement caricatural.

On reprend la route et les cartouches réapparaissent, empaquetées dans des cabas prêts à être livrés.
Le train s’immobilise encore et une autre cargaison émerge, dissimulée dans la mécanique du véhicule.
Tout semble orchestré pour l’acheminement des cigarettes jusqu’en gare de Sofia où le chargement est évacué
dans un évanouissement imperceptible aux autres usagers.»

Série en cours